AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Recensement terminé : suppressions effectuées !

Partagez | 
 

 Sara ▬ On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Sara ▬ On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ?   Ven 6 Juil - 10:30



Sara Lewis ;


Sexe ○ Féminin.
Âge ○ 19 ans.
Date de naissance ○ 14/06.
Lieu de Naissance ○ Dublin - Irlande
Classe ○ Deuxième année.

show me your face ;

Sara, elle aime beaucoup la couleur de ses cheveux. Bien que beaucoup dénigrent les roux pour je ne sais quelle raison, elle, elle s’en fou. Après tout, on dit bien que les blondes sont connes, et est-ce qu’elles le sont toutes ? Je ne pense pas. Quoi qu’il en soit, elle a hérité de la chevelure flamboyante de sa grand-mère –oui je sais, vous vous en fichez, mais il faut bien savoir d’où elle vient, non ?- D’ailleurs, vous ne le savez peut-être pas, mais on dit souvent que les roux ont une peau parfaite. Belle, sans aucune impureté, ou très peu. Eh bien, elle ne fait pas exception à cette généralité. Le teint clair, on pourrait presque la confondre avec un vampire si elle ne passait pas ses journées dehors. Malheureusement, sa peau refuse ne serait-ce que de foncer un peu… Elle est capricieuse, un peu comme Sara elle-même.
Passons à ses yeux maintenant. Ils vous paraissent rouges ? Eh bien, c’est normal. Vous connaissez les albinos ? Ces êtres qui naissent sans couleur, comme une page vierge qu’il faudrait peindre ? Souvent –même toujours, il me semble- ils ont les yeux rouges parce que leurs iris, transparentes, prennent la couleur de leur rétine. Eh bien, Sara n’est pas une albinos. Ah ah, je vous ai eu hein ? Ses yeux sont bruns foncés, et quelques fois, à la lumière du soleil, peuvent paraître rouges. Mais n’ayez pas peur, il n’y a rien de surnaturel là-dedans. Allons bon !
Ensuite… Qu’est-ce qu’on peut dire ? Son visage paraît doux, innocent, et presque fragile, comme une poupée de porcelaine qui pourrait se briser au moindre choc. Eh bien, c’est précisément le cas. Elle souffre d’un manque de calcium. Du coup, os se sont cassés à maintes reprises, laissant quelques cicatrices sur son corps. De plus, elle est assez maigre. Pas mince, hein, maigre. Maigre, comme… comme si elle devait faire du 38, mais fait plus souvent du 36, voir quelques fois du 34… Alors qu’elle fait un mètre soixante-dix, pour environs 48kilos.
Malgré le fait qu’elle soit jolie, ce n’est pas le genre de filles qui a les hommes à ses pieds. De toute façon, elle s’en fiche un peu ; tant qu’elle a des amis sur qui compter.


show me your mind ;
Sara est pleine de vie. Malgré son passé difficile, elle n’a jamais perdu espoir, et c’est bien ça le problème ; même si elle est loin d’avoir confiance en elle, elle fait confiance aux autres, trop vite. Elle n’est pourtant pas naïve, n’allez pas croire cela. Je suppose que même si elle ne veut pas le montrer, elle a besoin de faire confiance à des gens pour son bien personnel. Elle n’aime pas la solitude, qu’elle a eu la plupart de son enfance. Du coup, elle essaye du mieux qu’elle peut de la fuir.
Elle adore rire, parler surtout. C’est une grande piplette ! Enfin, elle ne viendra pas vous accoster pour venir discuter, elle attendra que ce soit plutôt vous que veniez faire le premier pas. Elle n’est pas très timide, mais elle ne peut pas faire non plus comme si elle ne l’était pas. Elle est souvent souriante, à raconter des blagues nulles, et malgré ses dix-huit ans, elle aime les dessins animés. Elle n’en a pas vu beaucoup, mais dès qu’elle le pourra, elle se louera un dvd pour pouvoir se le regarder tranquillement.
Questions sentiments et tout le talala, elle est assez émotive. Elle n’aime pas qu’on lui gueule dessus sans raison, et ce même si c’est quelqu’un qu’elle respecte énormément. Pour elle, elle a toujours raison, même quand elle a tort, et n’admettra que rarement ce dernier. Elle s’emporte vite, et peut passer du rire aux larmes en un claquement de cils. Elle peut sembler étrange, mais c’est juste une boule nerveuse qui ne demande qu’à se détendre. Par contre, c’est aussi une vraie tête de mule. Quand elle a une idée derrière la tête, même la plus extravagante, elle ne lâchera jamais le morceau. Très rancunière par ailleurs, elle ne vous pardonnera pas si vous avez mangé son gâteau préféré.
Elle adore aussi jouer la comédie, juste quelques instants, pour voir comment les autres vont réagir. C’est une manière pour elle de bien rigoler, quand elle n’a pas de livre sous la main, ou une musique à écouter qui pourrait occuper ses pensées.
Vous l’aurez donc compris, elle est très gourmande, elle adore tout ce qui est sucré. Elle a d’ailleurs émis l’hypothèse de travailler dans une boulangerie, mais ce serait trop tentant. Du coup, elle est allée dans un café, chose qu’elle n’aime pas. A part si on lui rajoute du lait.
Ah, et j’oubliais. Sara est quelqu’un de très Terre à Terre. Elle déteste tout ce qui est fantastique, pouvoirs surnaturels, vampires, tout le tralala, et pense que c’est une farce ridicule. Qui pourrait croire à ses sornettes ? Son esprit est très callé sur les choses naturelles, qui peuvent s’expliquer scientifiquement. Tout cela, les extraterrestres aussi, ça ne fait pas partie de ses croyances.


the story you don't know ;
Les mains dans les poches, je marchais sur le trottoir. J’avais faim. Depuis combien de temps n’avais-je pas mangé ? Et comme pour me torturer l’estomac, je passais devant une boulangerie. L’odeur des pains chauds venant d’être sortis du four réveilla mon estomac qui cria aussitôt famine. Je remuais mes mains à l’intérieur de mes poches, puis les sortis. Trois pièces. Je soupirais. Je ne pouvais rien acheter avec cela… Je regardais les croissants avec envie, puis regardais les gens à l’intérieur. Il n’y avait que le boulanger, qui lisait un magazine. Si j’étais assez rapide, peut-être que… Non, Sara. Comment t’a-t-on élevée ? Pas en volant en tout cas. Mais j’ai tellement faim… Tant pis.

Je mis ma capuche sur mes cheveux roux, entrai, me dirigeai directement vers le présentoir aux croissants, en pris deux, posais les quelques pièces que je possédais sur le comptoir et pris mes jambes à mon cou. J’entendis le boulanger sortir et crier.

« J’ai reconnu tes cheveux, Sara ! Je te préviens, j’appelle les flics ! »

Bien entendu. Ça avait ses inconvénients d’être la seule rousse du petit village. Je ne ralentis pas, et fonçais plus vite en déchirant les vagues de brume qui déferlaient sur moi. Enfin, j’atteignis le centre du petit village. Les ruelles étaient pleines de monde, les magasins ouverts. J’entrai dans un magasin d’électro-ménager, et me plantais devant une émission débile. Le vendeur s’approcha de moi.

« Je peux t’aider ?
Non, merci. »

Il me regarda encore longuement, comme si j’étais une bête de foire, puis il reprit la parole.

« Eh, mais je te reconnais, toi ! Tu es Sara, la petite voleuse !
Lâchez-moi, vous me faites mal ! »

Il m’avait pris le bras dans les serres qui lui servaient de mains, et m’emmena sans ménagement en dehors du magasin, avant de me plaquer contre un mur en me criant dessus.

« Qu’as-tu volé, hein ? Réponds-moi !
Rien monsieur, j’ai rien pris ! »

Il leva la main, haut, pour prendre de l’élan. Je sentais le coup venir, et fermais les yeux, très fort, attendant la douleur. Comment en suis-je arrivée là ?


* * * * * * * * * * * * * * * * *


Nous étions dans une petite maison, non loin de la capitale, mais assez tout de même pour ne pas avoir tous les inconvénients de la ville. Ma mère aidait les autres en faisant la nourrice la plupart du temps gratuitement, pour le malheur de nos finances. Je me souvenais les attentes interminables le soir, quand j’attendais que mon père rentre de l’usine. Quand il rentrait, il était fatigué, crasseux, et plein de courbatures. Même plus la force de se lever du canapé où sa fille dormait contre lui pour aller prendre une douche et se coucher.

Puis un soir, ce n’est pas mon père qui rentra. C’était nos amis, qui étaient tout aussi démunis que nous, qui frappèrent à la porte. Nous annonçant avec le plus de délicatesse possible que mon père s’était écroulé sous le poids de lourds cartons, et qu’il ne s’était jamais relevé. Ma mère était effondrée. Moi aussi. Nous n’avions plus d’argent, même pas assez pour payer à manger correctement. A seize ans, j’essayer d’aider nos amis du village pour pouvoir rapporter assez d’argent à ma mère. Mais c’était toujours aussi juste. J’avais l’impression qu’elle ne comprenait pas que mon père ne reviendrait jamais de l’usine pour rapporter l’argent, comme si elle oubliait le matin, et attendait jusqu’au soir que je lui rappelais. Comme si c’était trop dur pour elle.

* * * * * * * * * * * * * * * * *

Sa main s’abattit sur ma joue. La douleur arriva bien vite, et je crus un instant que des os avaient craqué. Après tout, il suffisait que je tombe pour me casser quelque chose, alors ça ne m’aurait pas étonné. Mais je ne lui avais rien fait. Je ne lui avais rien volé, et il le savait. Il voulait juste se trouver une excuse pour pouvoir taper sur quelqu’un, et j’avais eu la malchance se tomber sur lui. Je n’arrivais pas à me desserrer de l’étau de ses bras, et avec ma force de mouche, impossible de rivaliser.

Je ne sais pas pourquoi, mais après le premier coup, il rentra dans son magasin, comme si de rien n’était. Mes jambes cédèrent sous moi, et je me retrouvais à genoux sur la chaussée. Un homme au visage inquiet vint me voir, me demandant si ça allait. Je lui répondis que oui. Je me relevais, et dépassais les croissants qui s’étaient retrouvés par terre. Je rentrais chez moi.

* * * * * * * * * * * * * * * * *

J’en avais vraiment assez de tout ça. J’avais de la peine à le dire et même à le penser, mais j’en avais marre de ma mère. Elle ne faisait rien, me laissant me débrouiller. Mais je ne pouvais pas. Je ne pouvais plus. J’avais envie de poursuivre mes études, parce que je ne voulais surtout pas devenir comme elle ; une veuve ne réussissant même pas à s’occuper d’elle-même.

J’avais fait plusieurs recherches, et j’avais trouvé une académie à quelques kilomètres de chez moi. Je m’étais trouvé un petit boulot dans un café après les cours pour payer la pension, et j’avais même de quoi mettre de l’argent de côté. J’étais heureuse : j’allais me faire une nouvelle vie. Et Dieu sait combien elle risque d’être différente !


Je me prénomme Panchouna, j'ai connu le forum par partenariat, ma présence sera d'environ 5/7. Je pense que ce forum a du potentiel, il faut juste remanier quelques petits trucs par-ci par-là et je suggère que l'on s'amuse tous ! Pendant que j'y pense, l'autre jour j'ai vu un rouquin fumer sa clope. -eh oui, j'aime raconter ma vie, c'est ainsi. Et sinon,je n'ai qu'une chose à dire : Saperlipopette.

Revenir en haut Aller en bas
Sabrina Mac Mahon

avatar

immortels ; empoisonnés par un simple liquide.
immortels ; empoisonnés par un simple liquide.
Féminin Age : 24
Messages : 95
Entry date : 31/01/2012
Random words : Lundi matin, l'Empereur, sa femme et le petit prince sont venus chez moi, pour me serrer la pince...

Quels secrets caches-tu ?
Pseudo HRPG: XIII
Classe | Emploi:

MessageSujet: Re: Sara ▬ On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ?   Ven 6 Juil - 20:35

Chalut & welcome ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Rinda Delaney

avatar

AILLIL ; vampires aidant le clan Aillil.
AILLIL ; vampires aidant le clan Aillil.
Féminin Messages : 64
Entry date : 15/01/2012

Quels secrets caches-tu ?
Pseudo HRPG:
Classe | Emploi:

MessageSujet: Re: Sara ▬ On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ?   Ven 6 Juil - 21:09

Eh bien je n'ai rien à y redire la belle!
Tu es donc la bienvenue parmi nous, et c'est avec grand plaisir que je te valide!

Dès à présent tu peux te choisir un dortoir et commencer à RP/flooder/ faire des folies de ton corps!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sara ▬ On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sara ▬ On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Megara ▬ On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ?
» On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ? [Perséphone]
» On chante, on danse, on tchatche, on s'embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ? ~ Hadès
» On chante, on tchatche, on s'embrasse elle est pas belle la vie ? [Fe]
» + JOHN ROSS & JENNIFER - Au Bar le Jimmy's, on Boit, on chante, on danse..... Ou Pas :/ [PV Jen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Pause café
 :: Et des archives :: Présentations
-